• Noirceur interieure

    J’ai sondé les profondeurs de mon âme

    J’y ai découvert la noirceur de mes larmes

    De ces lointaines ténèbres, j’ai forgé mes armes

    Toute ma rancœur, aux fureurs de mes lames.

     

    Des abimes où j’ai gouté un funeste repos

    J’emplirai toutes les pièces de mon château

    De ces ombres, me ferai un sombre manteau

    Je garderai ce secret plus loin que l’échafaud.

     

    De ma vengeance, étrange et magnifique compagne,

    Menaçante présence, terrible comme l’est le bagne,

    Me fuirez craignant que ma solitude ne vous gagne

    Fidele, avec sa légion de pensées macabres qui éloigne.

      


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :